Silence, on meuble

Hier, la terre a tremblé. Personne ne s’en est aperçu et moi, à peine. Frémi serait plus juste. Après tout, c’est peut-être le poids de mon corps sur le rebondi du canapé qui a soudain changé de densité : le cuir aurait alors vibré doucement comme sous l’effet d’une surprise, suscitée par la réponse nouvelle qu’appelait … Lire la suite de Silence, on meuble

Publicités

Schneekind

Der Schnee fällt nicht hinauf / sondern nimmt seinen Lauf hinab und bleibt hier liegen, / noch nie ist er gestiegen. (…) Nie kehrt er je dorthin zurück, / von wo er niederfiel, er geht nicht, hat kein Ziel, / das Stillsein ist sein Glück. (R. Walser, Der Schnee) Aussi loin que je me souvienne, … Lire la suite de Schneekind

Ici et maintenant

C’est comme ça – c’est quand il faut s’en aller que la douceur s’installe à petits pas de petit animal et que le vent s’agrippe soudain au soleil, fournaise parfaite sur la pierre trop blonde, sur le bitume trop chaud. Je cède toujours très vite devant la chaleur mais je marchanderais volontiers quelques jours de … Lire la suite de Ici et maintenant

Septembre (2) – « Ecrire (sur) l’écran : une passion contemporaine ? »

Si l’on lit en creux de l’article qui précède, on aura compris que l’automne signe le moment où je passe de l’enfance à autre chose, dans le simple espace d’où s’élance ma parole, de la seule position d’où soudain je dois m’exprimer, m’aventurer à lâcher enfin un peu de ce que je retiens si fort … Lire la suite de Septembre (2) – « Ecrire (sur) l’écran : une passion contemporaine ? »

Septembre (I)

Certains jours je ne m’allonge pas sur un divan en cuir, je m’assieds sur ma chaise dont l’assise est tissée de joncs, ceux que le chat n’a pas encore arrachés : ça change, et puis je n’ai pas ce grand corps dans mon dos qui grogne et gratte sur du papier. Cela me permet de travailler, … Lire la suite de Septembre (I)

Les autres

Elle a besoin d’autres mots pour sentir. Pour être ce qu’elle est, il lui faut plonger dans des mondes qu’on a conçus en dehors d’elle, dans d’autres lieux, à l’approche d’autres temps. C’est une infirmité sans doute, un défaut d’être, une sorte de défaillance secrète devant l’incarnation qu’on attend d’elle comme l’effort dernier à fournir … Lire la suite de Les autres

Aphasie

On met des années – et puis on comprend, on saisit, on est saisi plutôt. On met des années, j’en ai mis plus de dix, et des brassées de textes, j’ai mis des douleurs sourdes et des amertumes éclatantes, surtout j’ai mis toutes ces esquisses qui guettaient la parole, des voyages vers ce que je … Lire la suite de Aphasie

Non-lieu

À l’Homme au Divan j’ai dit tous mes rêves s’installent dans des lieux inconnus, dans des maisons de campagne et dans des grands jardins, je suis entre deux gares, à la porte des aéroports, dans des endroits un peu vagues, dans des entre-deux, dans des appartements vides ou des villes que je ne reconnais pas. J’ai … Lire la suite de Non-lieu